Devenez membre

Sport International

Deux victoires pour le Belgian Audi Club Team WRT

20 décembre 2016

Le week-end à l’Alpe d’Huez, dernière étape du Trophée Andros avant la trêve des fêtes de fin d’année, a été marqué par des hauts et des bas pour le Belgian Audi Club Team WRT. Du côté positif, on retiendra surtout la victoire d’Olivier Panis en Elite Pro vendredi, la première depuis la saison 2014-2015. Vainqueur en Elite le samedi, Nathanaël Berthon a accentué son avance au championnat.

La troisième épreuve du Trophée Andros a été particulièrement animée à l’Alpe d’Huez. Vendredi, alors que Benoit Tréluyer était retenu par la soirée de fin de saison d’Audi Sport, Olivier Panis a littéralement survolé les débats en Elite Pro. Meilleur temps des manches qualificatives, meilleur chrono en Super Pole et victoire lors de la Finale… avec le point bonus du meilleur tour en course. Impossible de faire mieux pour l’Audi A1 quattro #5 !

Samedi, le Grenoblois savait que sa tâche serait plus ardue avec un lest de 60 kg à embarquer dans sa monture. Mais il parvenait à limiter les dégâts en se classant 4e après les manches qualificatives. En Finale, il luttait pour la 4e place avec Adrien Tambay… avant de se faire pousser hors de la piste par son rival. « Adrien s’est quelque peu loupé à l’abord du tout dernier virage de la course », explique Olivier. « Il est presque parti en tête à queue et il a laissé un espace à l’intérieur dans lequel j’ai plongé. Nous nous sommes touchés, mais rien d’anormal… Des contacts comme ça, il y en a tous les week-ends en Andros. Mais, à l’entame de la ligne droite, Adrien m’a tassé alors que nous étions en pleine accélération et il m’a poussé jusqu’aux ballots de paille, que j’ai percutés violemment. »

Très fâché, Olivier est ensuite allé expliquer son point de vue à Adrien de manière assez agressive. « Je suis sincèrement désolé de ce qu’il s’est passé. Ca ne doit pas arriver, mais j’ai vu rouge », avoue Olivier. « En fait, j’ai surtout eu très peur pour les spectateurs qui étaient derrière les ballots. Je fais le Trophée Andros pour mon plaisir, pas pour aller blesser des gens. Et à cause de cette manœuvre complètement insensée, ça aurait vraiment pu arriver ! J’ai été déclassé de la Finale suite à l’incident et je suis avant tout désolé pour toute l’équipe. Les gars avaient fait un travail remarquable, nous avions dominé le vendredi, ils ont réparé ma voiture en un temps record avant la Finale de samedi (suite aux problèmes rencontrés par Bérénice Demoustier en Elite, NDLR) et ils ne méritaient pas ça. Je n’aime pas casser des voitures et je suis extrêmement déçu de ce qu’il s’est passé. Aujourd’hui, je ne sais pas encore si je vais finir la saison… Je vais m’accorder quelques jours de réflexion car il est clair que ce n’est pas comme ça que j’envisage ma participation au Trophée Andros. »

Malgré son manque de roulage sur ce tracé, Benoit Tréluyer avait pu signer une encourageante 6e place lors des manches qualificatives. Mais le pilote Audi Sport n’a pas pu prendre le départ de la Finale, sa voiture ayant précédemment été endommagée dans un contact lors de la Finale Elite.

Elite : Berthon gagne, Demoustier brille

Leader du championnat dans la catégorie Elite, Nathanaël Berthon a connu un week-end avec des hauts et des bas. Vendredi, il se plaçait au deuxième rang au terme des manches qualificatives avant de commettre une erreur en Finale. Bilan, une 4e place dans le classement du jour pendant que Bérénice Demoustier terminait à la 9e position.

Samedi, c’est… Bérénice Demoustier qui s’offrait le meilleur chrono des manches qualificatives. « La piste était excellente quand je suis partie, parmi les premières, pour la première manche qualificative », raconte la féminine. « Je me sentais très bien au volant de mon Audi A1 quattro. J’ai d’abord fait un tour assez moyen, le temps de retrouver mes marques car l’adhérence avait beaucoup changé depuis la veille, puis j’ai amélioré d’une seconde et demie lors des deux tours suivants, qui étaient presque parfaits. La preuve, c’est que j’ai signé le meilleur chrono de tout le week-end, toutes catégories confondues, dans mon deuxième tour. Quel bonheur de me retrouver ainsi aux avant-postes ! »

Bien décidée à confirmer en Finale, la Nordiste menait la danse et était en passe de s’imposer… quand sa boîte de vitesses se bloquait. Percutée par plusieurs adversaires, Bérénice devait renoncer et rentrer directement aux stands. Mais la voiture du Belgian Audi Club Team WRT était remplacée au sommet de la hiérarchie par l’autre Audi A1 quattro de Nathanaël Berthon, deuxième au terme des manches qualificatives et qui s’offrait la victoire à la fois lors de cette Finale et dans le classement du jour. Grâce aux points marqués lors des manches, Bérénice montait malgré tout sur la plus petite marche du podium. Au championnat, c’est en solide leader de cette catégorie Elite que Nathanaël Berthon pourra passer les fêtes de fin d’année.

« Quel week-end », s’exclamait Benoit Ducastel, le chef mécano du Belgian Audi Club Team WRT. « La performance a été au rendez-vous de bout en bout ! Olivier a gagné vendredi en Elite Pro, Nathanaël s’est imposé samedi en Elite et Bérénice a failli créer l’exploit après avoir dominé les manches qualificatives. La victoire en Elite Pro nous fait particulièrement plaisir. Ça fait plus d’un an et demi que nous courions après et c’est la première pour l’Audi A1 quattro construite par WRT. »

Jeune papa, Benoit est particulièrement impliqué dans ce projet du Trophée Andros puisque son domicile sert aussi de base à l’équipe durant la période hivernale. « Les voitures ont été préparées à Baudour, mais les trajets entre les circuits et la Belgique sont beaucoup trop longs pendant la saison », précise-t-il. « Donc, il est nécessaire d’avoir un point de chute. Et, pour la première année, ce sont mes ateliers, basés à Orange, à une trentaine de kilomètres d’Avignon, qui nous accueillent. »

Pour Benoit comme pour l’ensemble de l’équipe, la motivation est à son apogée avant d’aborder la période des fêtes de fin d’année. « Nous travaillons sur les voitures avant de nous rendre cette semaine à Serre Chevalier, où nous allons mener des tests », explique-t-il. « Jamais encore une équipe n’est parvenue à remporter les trois championnats mis en jeu : les deux des Pilotes, en Elite Pro et en Elite, et celui des Teams. Ici, Nathanaël est bien en tête de son championnat et nous ne sommes pas loin chez les Teams. Olivier a un peu perdu le contact suite aux événements de ce week-end, mais rien n’est joué. Nous ne sommes même pas à mi-saison et nous n’allons rien lâcher ! »

Le Trophée Andros entamera sa deuxième partie à Isola 2000, les 6 et 7 janvier.

 

*suivez_nous

Inscription à la newsletter :

Abonnements pour :

Fermer